mercredi 30 janvier 2008

Destination Vents, Samovar, ours et troïka, mais pas de photo

dommage, car cette enfant de trois ans qui s'essayait (et y arrivait) à répéter
"Six six frères sont assis sur six chaises, six cent six frères sont assis sur six cent six chaises" fut un régal ;
des grands de sixième-cinquième, en retrait, cependant dans la pièce, s'y sont mêlés, appuyés par l'enfant de 2 ans et demi. Il n'y a pas d'âge pour entrer en conte. Pour aider, au tout début, j'ai donné une impulsion rythmée les mains : l'effet de groupe fut réussi et les sourires joyeux. (existe-t-il des sourires qui ne seraient pas joyeux ?)
Récapitulons : deux adultes "incognito" qui, minent de rien, participent, trois accompagnateurs, et 15 enfants au total, pas si mal,
pour écouter :
"Quand le héron voulut marier la cigogne et vice versa..",
"Quand le dragon noir et ailé voulut manger le bon gros ventre du vieux vacher Dalantaï"
pour voir :
Anasthasia Babouchka appeler à l'écrit (en phonétique) ses oies :
Goussi, goussi
ga, ga, ga
ieskatitié, ieskatitié
da da da
pour entendre :
les grands (ils se déplacent un peu gauches mais ravis), dire"façon rap", "le Coq d'Or "de Pouchkine terminé par moi, version contée
l'histoire du petit bielka* obligé de trouver la réponse de l'année 2008 : Février : 28 ou 29 jours ?

Pour ne pas décevoir quelques fillettes retardataires qui arrivaient sourire aux lèvres et au galop "pour le conte", j'ai dit "Le mariage du fils de l'ours" qui permet de chanter en russe. Alors ils ont tous assisté au mariage, chanté en russe et écouté la drôle de conclusion un peu toute à l'envers, façon russe aussi. Point Final. Tout conte fait, un joli déplacement !

* Cette histoire voudrait bien un illustrateur : faire suivre, découpage attend collaboration crayons.
Enregistrer un commentaire