mercredi 1 février 2017

Vous avez dit chewing-gum ? Petite anecdote scolaire années 57

Bonjour et belle journée
Vous avez dit chewing-gum ? je dis chewing-gum aussi. C'était il y a longtemps.
Le chewing-gum était une denrée relativement chère. Ma mère achetait
rarement les longs paquets verts et blancs. Forcément je rêvais de
mâchouiller plus souvent, l'air décontracté, comme mes copines faisaient.
Alors parfois, il m'arrivait de ramasser une boule dans les graviers,
de la rincer avec soin aux sanitaires et de me mettre à mâchouiller
avec application. Cela relevait d'un art certain. Ce n'est pas simple de mâchouiller
avec raffinement et délicatesse. J'apprenais. Ni suffisamment vite,
ni suffisamment bien.
Un jour dans la classe voici ce qui s'est passé.
"Joëlle, qu'as-tu dans la bouche ?"
Oh zut flûte, c'est bien vers moi que le regard de Madame AUFFRAIS est dirigé.
De toute façon, avant de connaître Joëlle Ginoux-Duvivier, je n'avais jamais
rencontré d'autre Joëlle et j'étais la seule dans cette classe. Ah si... Pandore bonjour,
en CP. Et je me souviens qu'à l'idée que quelqu'un puisse porter le même
prénom que le mien j'avais piqué une grosse colère ! :-)
"Joëlle viens par là"
Tétanisée je me lève et dans
un grand silence, excepté quelques
"poufferies" j'obéis et remonte
l'allée jusqu'au bureau des savoirs.
"Sors donc ce que tu manges 
si élégamment" Je sors.
Ma main tremble.
"Aplatis-le et pose-le sur ton nez, tu vas perdre l'envie de mâchouiller, 
c'est moi qui te le dis !" Je ne regarde personne. Je sens les larmes monter.
Je leur interdis de sortir. J'attrape le chewing-gum, je sculpte un ruban,
lentement...
"Joëlle, je n'ai pas de temps à perdre,  dépêche-toi"
Quelques minutes plus tard, ne sachant pas du tout combien j'étais blessée
mais le sentant, incapable de regarder mes amies, la respiration bloquée,
je traversais la salle pour frapper à la porte intérieure
de la classe suivante. J'étais en CE1. J'avais 7 ans 50.
"Bonjour Madame " Et, j'expliquais le pourquoi de ma venue. Chose faite
je sortais par le côté couloir, frappais à la porte extérieure, expliquais, servais
d'exemple, sortais par la porte intérieure, entrais par la porte du couloir, ex-
pliquais, servais d'exemple, sortais par la porte int... un long et interminable
cheminement : 5 classes au sol, 5 classes à l'étage et la dernière classe,.....
celle de la directrice !


Et au bout de cet affreux parcours, la vraie punition qui ne passerait pas
inaperçue auprès de mes parents vu qu'ils allaient être obligés de la signer :
"Je ne mangerai plus jamais du chewing-gum à l'école" 
100 fois et signé par tes parents !!!"
J'aime toujours écrire, mais je n'aime plus les chewing-gum. Je n'aime pas 
non plus, les slaloms. 
J'ai longtemps gardé un souvenir cuisant de cette matinée, et du silence 
dans lequel, -à la vue de mon nez bardé comme rôti du dimanche midi- les élèves 
plongeaient jusqu'à ma disparition. C'est peut-être ce jour-là que j'ai 
appris à cacher mes émotions.
Météo du jour : il pleut... sur Rennes. 
Belle journée chez Toutes et Tous, ici ou ailleurs surtout au coeur.

Enregistrer un commentaire