jeudi 3 décembre 2015

#GérardPremel, cadeau d'auteur à la conteuse et à chaque personne présente à la librairie Planète IO à Rennes

La ville était prise
Il n'y avait plus dans la maison
                          (un 2 pièces
                          rue de Tréguier à Lannion)
ni pain ni lumière
nous nous étions habitués aux collines mouvantes de la pluie
sur la vitre aux tanks dans la rue aux cirés verts des soldats
à leur casque funèbre
et nos jeux continuaient mais ce n'étaient plus
tout à fait les mêmes ainsi
nous n'osions plus courir aussi vite en allant chercher l'eau
à la fontaine de Keravily ni crier aussi fort en dévalant
les marches et nous
                        connaissions un mot nouveau
                                                                      défaite
Ce jour-là de ma vie c'était le soir je venais du jardin
je me souviens que j'allais à ta recherche (c'était le soir
et l'ombre s'étendait)
lorsque je t'ai trouvée
tu étais assise auprès du soldat
                                                vous étiez
assis tous les deux
dans la pénombre côte à côte et tu chantais
l'Internationale
tu chantais à vois basse le soldat te tenait la main et chantait avec toi
en allemand à voix encore plus basse
(encore plus basse)
et je me souviens que je n'osais rien dire ni bouger car
je n'avais encore jamais vu un homme pleurer en chantant

j'ai salué depuis la mémoire de ceux des nôtres
qui tombèrent en ce temps-là
j'ai salué ceux qui ont survécu aux luttes de ce temps-là et
m'ont enseigné
aujourd'hui je te salue
                                  toi
                                       pour la leçon que je reçus
                            ce jour-là de ma vie.

Gérard Premel (2009)
Enregistrer un commentaire