vendredi 21 décembre 2007

Tchaïkovskier deux minutes zéro six : une éternité

au détour d'une conversation téléphonique, au détour d'une plage CD, deux instants différents. Le premier
me ramène à la dure réalité des porteurs de portable toujours compressés dans leur forfait et par conséquent souvent indélicats avec leur interlocuteur.
Le deuxième, au plaisir humble de la création.
Nous nous tenons face à face, séparées par l'étendage mécanique de nos petites culottes soyeuses. Le soleil entre à flots retenus : c'est l'hiver. L'orchidée démarre doucement sa troisième floraison. Soudain, sur une inspiration, les merveilleux petits doigts de ses merveilleuses petites mains -quand je pense que je suis pour une infime partie responsable de cette belle beauté, je m'enorgueillirai presque- se mettent à virevolter dans les airs.
Inspirée à mon tour, j'élève mes mains et leurs doigts suivent pas à pas -l'expression ne peut être plus juste- les siens sur les mouvements délicats de la danse de la fée Dragée. Vous l'avez compris nous "tchaïkovSkions" ! Deux minutes zéro six exactement, qui furent délices. Silencieuses nos yeux et nos lèvres sourient. Rien à dire. Sinon que nous venons de créer ce qui deviendra un souvenir et qu'elle évoquera peut-être, un jour, je l'espère, à un petit bouchon d'enfant, fille ou garçon. comme je le fais l'instant qui suit, à sa destination.
Quel merveilleux moments nous passions certains soirs il y a de longues années déjà. J'avais ????? Moins de dix années.
Il faut, pour que tu comprennes, que je témoigne des ingrédients et du lieu : une émission de radio, intitulée "Les quadrilles de Jean Bentabéry". Un seuil en deux marches, pour passer de la salle à manger à la cuisine qui est longue comme un jour sans pain. Des parents un peu heureusement félés -je le sais aujourd'hui- capables de quitter la réalité de la vaisselle pour s'exploser à danser, d'un bout à l'autre de la cuisine demi-heure durant, ensemble ou avec leurs deux aînés, dont moi-même. J'ai encore dans l'oreille le générique de l'émission, nos rires fous, l'instant.
Ainsi sont les temps : ils passent.
"Juliette, et si nous jouiions à la WII ?"
Retour à l'actualité des jourd'huis.
Bonnes et joyeuses fêtes de.... Noël.... qui vous en offrira tout plein.
Enregistrer un commentaire