samedi 10 novembre 2007

Non mais incroyable, hier Terrasseentchatche était au Meltipotes !

Sur l'initiative de l'Institut Culturel Breton et de l'APC.
Qu'en dire ? Mais que du bien ! Le conte était là entre de bonnes mains, et il est reparti entre de bonnes mains. Qui ont joué le jeu de la toute première fois en public (ah gla gla gla, je m'émeus) :


  • l'histoire belge racontée de main de maître par surprise et par l'ami ;
  • la randonnée du petit rat blanc qu'était tout beau bien plus beau que tous les autres rats et qui pourtant se noya, oh la là mais à ce rythme-là, c'est qu'elle emballa le public ;
  • et la ligne d'horizon dite par la soeur avec tant de nuances -ah virus, virus, contagion du conte- que je ne la dévoilerai pas davantage, pour lui garder son délicieux secret sinon ainsi : vive les radoteuses vieilles et surtout tendez-leur bien, vos oreilles.
Qu'entendîmes-nous encore -ah, délicieux et suranné passé simple que je me plais à utiliser pour rire, tant il disparaît- ? L'histoire de François, le menuisier d'Orléans et du coup, dans la foulée, celle de la naissance d'une bercelonnette dans un atelier du même métier ; l'évocation de la trace qui permet d'un seul coup d'oeil de supposer qu'on est en présence du "vrai" conteur ; Havana -toi, dont le prénom est digne d''être celui d'une conteuse- tu la possèdes ! L'histoire de la soupe réputée du cordonnier de Laillé : impossible de ne pas en avoir le goût sous la langue tant le conteur se faisait gourmand ; celle courageuse et désopilante, d'une leçon de vie d'un père à son fils ; celles, de la femme qui filait son fil et du conte du Mensonge le plus doux à destination du maître des lieux.
Oui maître, j'utiliserai dorénavant le terme Pacha.
Oui, j'ai bien entendu le souhait, la prochaine fois nous glisserons quelques histoires du célèbre Naz'rhedin !
Oui, les histoires d'ordinaire, ce n'est pas court, .... c'est long : j'ai bien entendu ce regret émis : intéressant en cette époque de zapping, zaz...pingggggg, zap... za...pongggggggg
Oui Thierry, un jour, c'est promis, je dirai les six histoires qu'elle contient. Et pour finir, le tout souligné par les doigts magiciens de, -non je ne dirai pas son nom, mais tous ceux qui le connaissent le reconnaîtont à cela-, ... sur le délicat sanza africain. Alors, des regrets de ne point vous être déplacés ? Ben... c'est bon pour le moral et vous pourrez y revenir car cette soirée ne s'arrêtera pas là. Amicalement à tous. Au fait, pour le thé à la menthe ou la tisane pomme-cannelle, non non, cette fois, vous ne le trouverez pas vous-même. Laissez faire le Pacha, s'il vous plaît. Dans la jolie boîte, il a bon doigté et sur le visage, beau sourire. Tout un régal au Meltipotes.
Enregistrer un commentaire