mardi 31 juillet 2007

Le jour où Allah réunit les hommes.

quand on vint m'en parler le gong résonna comme une fine dentelle bretonne. Et tant mieux car je m'éveillais. La nuit avait été si belle, avec sa lune argent que je m'étais endormi dans mon hamac blanc et quand le gong s'est mis à tintinnabuler, bien sûr que j'ai tout de suite pensé à Odile, mais cette fois je n'ai espéré rien d'autre qu'un moment divin. Elle me l'a offert. J'ai entendu ses petites ballerines glisser sur le marbre du couloir, puis senti son parfum couleur muguet -et oui, c'est le parfum qu'elle préfère- puis entendu comme un chuchotement qu'elle laissait échapper de ses lèvres réunies. Puis plus rien. Je n'ai pas bougé. J'attendais. Une telle arrivée ne pouvait offrir que le meilleur. Elle a dit
"Il était une fois" et mes oreilles ont frémi de bonheur "ô temps suspends ton vol !... voilà ce qu'elle m'a offert

"Il était une fois..."
Ils se tenaient nombreux sous une tente de bédouins. L'un d'entre eux s'installait, sous les regards de tous. Sans un mot il ajustait ses grandes manches bleues et chacun découvrait le sien, seul élément de son visage que laissait échapper un turban bleu longuement croisé autour de sa tête.

Il était une fois, c'était autrefois...
au temps où la terre n'était qu'un jardin peuplé de palmiers, de jasmins odoriférants, de rossignols inondant le paysage de trilles nombreux et gracieux. C'était en ce temps béni où les hommes étaient francs et loyaux, si francs, si loyaux que le mensonge n'existait pas.

Mais voilà qu'un jour un homme utilisa le mensonge. Oh un tout petit mensonge, un mensonge de rien du tout, sans importance, sans "signifiance". Mais un mensonge tout de même et il en fut fini du prodige. Allah décida de réunir tous les hommes autour de lui. Il expliqua sa douleur, il expliqua ce à quoi il devrait s'obliger désormais.
"L'un de vous a menti, d'autres mentiront. Désormais chaque fois qu'un homme mentira je jetterai un grain de sable sur le monde. Les hommes se regardèrent, certains se gaussèrent, d'autres haussèrent les épaules, tous parurent dire
"Quelle importance, qu'est-ce qu'un grain de sable ? On ne le voit même pas !"

Allah ne fit aucun commentaire. Mais chaque fois qu'il fallut, il fit. Ainsi de mensonge en mensonge, tout doucement, petit à petit se forma... le Sahara. A bien le regarder, encore aujourd'hui, on y reconnaît cependant quelques traces du précédent Eden : des palmiers immenses, des vergers, des potagers et des maisons de terre. Parce que.... Tous les hommes ne mentent pas !"
Enregistrer un commentaire