mercredi 3 octobre 2018

Vernissage à Rennes, square de Galicie, en présence de Monsieur Eric Berroche

Les douze piliers étaient brut de béton depuis près de vingt ans.
L'équipe artistique de l'Association Le Souffle et la Flamme (fb) les a décorsetés : #KarenAraneda, #KoalaLoco #MarieYet, #Lania



puis lynchés au Karcher : attention aux retombées, obligation travail masquée.


Les douze piliers nettoyés, on a sorti l'acrylique et on a attaqué le relooking.  Avec la rieuse participation des enfants toujours plein d'idées.

et de bonjour en toutes langues : Nihaou, spam haleîkoum, ! holà ! como estes, bonjour,
demat, dobridienne, 
hello, tsémarambourou (langue Pounou) guttenmorgen...
                                                   pour démarrer  "la danse des pinceaux"




Simultanément, les enfants participent à des ateliers aux thèmes divers : atelier bulles géantes, atelier mandalas de laine (on passe par là Karen, est-ce que je me trompe Lania ? Comment on change de couleurs...), atelier bijoux, ateliers mots, chansons et poésie, atelier déplacements chorégraphiques...
L'objectif étant la détente et le plaisir partagé.


Acrylique et pinceaux, de leur côté les piliers continuent de se vêtir :

point par point, trait après trait
remplissage et choix des couleurs
"Ouais... ça prend "couture"
"Une petite balade fera du bien"
"Je peux dépasser ? Heu non... mieux vaut que tu...
... peignes au milieu"
Allez, vas-y, à ton tour, lance-toi !"
"Regarde comme ta soeur est heureuse"
Les moments contes de 17 h 15 à 18 h 15, suivi d'un goûter attirent la participation de conteurs de l'association "Les Tisseurs de contes" et la présence des enfants. Sans oublier le spectacle de marionnettes de la Cie "Mono Pulpo" pour clôturer "la saison" Les piliers, les voilà, vêtus de haut en bas.

 Regarde Aurélie, comme je danse bien "papillon"

 Belle écoute

 On peut essayer de conter ?
 Beau paon
"Va enfant, et que le vélo t'emmène où tu désires !"
Les bosquets slaves prennent des couleurs.
 Un papa s'essaie aux bulles
 Difficile de ne pas rire des marionnettes
 et scotchée, après s'être précipitée, de s'étonner "Oh mais cékouaça ?"
 Ça ? C'est un beau public
pense Papillon Bleu. Désormais je reste ici.

Au tout début "on" n'osait pas nous parler, peu à peu l"on" a osé. Un peu, beaucoup, et bientôt presque "à la folie". Certains habitants-habitantes, mettent la main à la pâte avec de grands sourires, des remerciements et l'une  d'elles, va jusqu'à offrir un cadeau gourmand
"C'est trop beau ce que vous faites, ceci est pour vous" dit une habitante heureuse.

On signale tout de même que c'est un projet #ArchipelHabitat #LeSouffleetlaFlamme #ColectifGalicie, #DirectiondeQuartier #APRAS #Rennes.

Et l'équipe, aimablement surprise, de déguster sur l'herbe, en fin de journée de délicieux gâteaux dus au savoir-faire du boulanger du Landrel qui lie entre eux les habitants du quartier Landrel-Galicie-Blosne : son étal offre à sa clientèle autant de gâteaux marocains que de gâteaux français, autant de baguettes que de pains ronds et chauds comme aux Maroc, aussi bons que dans "Le conte du Mensonge le plus doux" conte éveillé que Lania adore dire quand elle ne fait pas faire au public du vernissage un feu d'artifice éclatant en levers de bras en haut, en bas, à droite, à gauche et partout pschittttttttt pour présenter l'élu du quartier #MonsieurEricBerroche.
Qui dira un discours orienté sur le prochain développement professionnel et culturel de l'ensemble de la zone. d'habitation du Blosne ;
Un discours traitant de la nécessité de la création et de la présence artistique.
Le vernissage s'est terminée chaleureusement sur le traditionnel goûter et le spectacle offert par les talentueux et délicieux musiciens du groupe La Petaquita -du nom d'une berceuse sud américaine- assisté de la joyeuse bande d'enfants de l'été, manipulant avec aisance des maracas-bâtons de pluie avec un grand talent et la complicité des musiciens et de la chanteuse : un final au bel engouement face à un public venu nombreux.
Un beau moment qui a fait descendre certains et certaines, des immeubles, pour le vivre et continuer à le vivre. Ces piliers semblent avoir un effet thérapeutique. : ils amènent à sourire, à toucher, à échanger... Pas si mal.
Enregistrer un commentaire